Why do women wear short dresses? Pourquoi les femmes portent-elles des robes courtes?

IMG_9641Why do women wear short dresses? This is the question I asked myself following the challenge launched by a blogger: Wear a short dress!

I want to. I like challenges. The catch, I have none in my wardrobe. All my summer dresses or skirts cover my knees or stop an inch above. The reason is very simple. I usually prefer a subtle cleavage. As I show a bit the top of my body, I balance the look by not revealing the legs too much. It is a matter of preference. I always thought it was sexier to show just a little and let the imagination do the rest. Don’t think I dislike short dresses. On the contrary. I love them … On others! But the challenge launched by Josh from Hermit Scribe inspired me. I want to know more about what motivates women. A Web search confirms this: the reasons are varied. Some say they appreciate the comfort of short dresses. Others say they feel pretty by highlighting their strengths. There might also be a probable connection with the theory of sexual selection.

According to this theory, in the animal kingdom, males are distinguished by characteristics intended to attract the attention of the females, to which the choice of the partner belongs. This is the case in several animal species, including birds. Some male birds have developed colorful plumage and complex melodious songs. These characteristics reflect their genetic quality. Assessment of these qualities by the female maximizes the ability and survivability of future offsprings. Males perceived as the best broodstock, those who have developed the traits preferred by sexual selection because these traits are good genetic markers, are thus favored when choosing a partner and they have a better reproductive success than the other males. Hence where the expression “Peacocking” probably comes from.

Is a similar phenomenon present in humans? To find out, I asked a Darwinian specialist. Daniel Baril is a journalist, anthropologist by training and a speaker at the Université du troisième âge. He is also the author of La grande illusion; comment la sélection naturelle a créée l’idée de Dieu (MultiMondes). He agreed to answer my questions.

In your opinion, is there a connection with short dresses and necklines and natural selection in humans?

Yes and no. In birds, colorful plumage, elaborate singing and the courtship of males are used to attract females who choose the best performers. These skills are both markers of good genetics and access to good food resources. In humans, if the short dresses and necklines of women attract males, these attires are obviously not a reflection of good or bad genetics. They are, however, accessories that are part of the seduction, conscious or not, and therefore constitute, in the eyes of men, signs of a certain availability.

The fundamental question for evolutionists is therefore why, in humans, this type of seduction is mainly the lot of women. Unlike other primates where ovulation – and thus the period of fertility – is accompanied by signs perceptible by the male, such as the coloring of the vulva that triggers the reproductive behavior of the male, evolution is called “hidden” in women, that is to say without apparent signs. Apart from sexual pheromones which are only vestiges in humans, the female of the human species rather sends out cultural signals showing its sexual availability. Several studies have indeed shown that, unbeknownst to them, single women are more likely to wear make-up and wear sexier clothes during ovulation. In other cultures, they will make themselves more attractive with a simple glance, a smile, a melodious voice or a lock of hair that extends beyond the veil.

Seduction mode

Seduction behavior varies greatly according to culture, morals and personal values. A woman who ovulates will not automatically go into seduction mode such as when the male peacock faces a female during the breeding season. Everything is a matter of context. For its part, man is always in a reproductive period and therefore does not need to launch this type of signal to the woman. Instead, he will show signs of social status and property.

Is the phenomenon also present in primates? In other animals?

To my knowledge no other animal species uses cultural artifacts to charm the other sex and make itself more attractive. The female macaque, however, shares a peculiarity with her human cousin: she also has a hidden ovulation due to the position of her vulva. During ovulation, it is the face that is tinged with red. For the male, it is the sign that this female is available for a coupling and this face is probably very “erotic” in his eyes. No need to wear makeup; Nature does it!

Can you elaborate a bit on the link with makeup?

The make-up as it exists in our society essentially consists in increasing the contrast of the eyes by mascara or eyeshadow and the mouth by lipstick. It is known, through psychometric tests carried out in laboratory, that the increase of these contrasts makes the face appear more feminine as the following pictures show.

figuresmaquillageRobescourtes
Credit Photo: Richard Russell, A Sex Difference in facial Contrast and its Exaggeration by Cosmetics, Perception, 2009, 38 (8), 1211-1219.

A woman who uses make-up thus appears more sexy and feminine. This has been verified in various cultures. Red on the cheeks will also make the person appear healthy and probably younger, therefore fertile. Our aesthetic criteria are therefore not arbitrary.

There is also an interesting case of some inversion of roles. Among the Wodaabés, a tribe of the Peul people of Niger, men wear makeup during an annual ritual and women, mostly single, choose the one with the most elaborate beauty mask and the whitest teeth. This results in relationships that can last a night or a lifetime. But in this case, the make-up of the men mainly illustrates their creativity and skill, a criterion of selection on the part of the women. The white teeth are a sign of good health and good genetics.

But in the human species, sexual behavior is dissociated from reproductive behavior…

Yes, but they remain, of course, linked to sexual behavior. This means that we use sexuality independently of its reproductive function, but that the behavioral triggers linked to this function remain active. This is also the case for bonobo monkeys that use sexuality outside breeding periods to appease conflicts or, on the part of females, to ensure the protection of the dominant male and to benefit from its resources.

While initially seductive behavior, orgasm and so-called love have been retained by natural selection and sexual selection for reproductive purposes, there is nothing to stop us from using these or to experience these feelings outside of the reproductive context. Our hands are the result of an adaptation to arboreal life, but we use it to make tools or play the flute. The appetite is a sensation linked to the need to nourish us, but nothing prevents us from eating without appetite solely for the pleasure that this provides. Beyond the anecdotal cases, it is always more pleasant to feel attractive than ugly and a woman may want to seduce to have company even after her breeding period. This applies equally to men!

If you want to purchase Daniel Baril’s book (available only in French), click the link: La grande illusion; comment la sélection naturelle a créée l’idée de Dieu (MultiMondes).

Now, let’s move on to serious things. I have to show some photos of me in a short dress to take up the challenge launched by the blogger. Here you go!

 


Note that this is not really a dress (I told you, I do not have any short dress). It is actually a sarong that I wear over my swimsuit when traveling south. Convenient to pick up refreshments and snacks at the snack bar, close to the pool or the beach. On holiday, I imagine that this garment, associated with a nice bag, can also be worn as a dress… If you succeed to hide the bra!

Thanks to Daniel Baril for his precious collaboration. Thanks to you dear followers for reading me and hope you’ll have a lovely day. Stay strong, stay stylish!

If you liked this post, you might also be interested in these ones: Is Vintage clothing the new chic? Even frogs love to mix and match

Follow my blog with Bloglovin

Texte en Français _____________________________________________________________________________________

Pourquoi les femmes portent-elles des robes courtes? Voilà la question que je me suis posée suite au défi lancé par un blogueur: Porter une robe courte!

Je veux bien. J’aime les défis. Le hic, je n’en ai aucune dans ma garde-robe. Toutes mes robes ou jupes d’été couvrent mes genoux ou s’arrêtent un pouce au-dessus. La raison est fort simple. Je privilégie généralement un subtil décolleté. Comme je montre un peu le haut de mon corps, j’équilibre le look en ne dévoilant pas trop les jambes. C’est une question de préférence. J’ai toujours pensé qu’il était plus sexy d’en montrer juste un peu et de laisser l’imagination faire le reste. Il ne faut pas croire que je n’aime pas les robes courtes. Au contraire. J’adore… Sur les autres!

Mais le défi lancé par Josh de Hermit Scribe m’inspire. J’ai envie d’en savoir davantage sur les motivations des femmes. Une recherche sur le Web le confirme : les raisons sont variées. Certaines disent apprécier le confort que procurent les robes courtes. D’autres affirment se sentir jolies en mettant en évidence leurs atouts. Il y a aussi un lien probable avec la théorie de la sélection sexuelle.

Selon cette théorie, dans le règne animal, les mâles se distinguent par des caractéristiques destinées à attirer l’attention des femelles à qui revient le choix du partenaire. C’est le cas chez plusieurs espèces animales, dont les oiseaux. Certains volatiles mâles ont ainsi développé un plumage coloré et un chant mélodieux complexe. Ces caractéristiques sont le reflet de leur qualité génétique. L’évaluation de ces qualités par la femelle permet de maximiser au mieux les aptitudes et la capacité de survie de leurs futures descendances. Les mâles perçus comme meilleurs géniteurs, soit ceux ayant développé les traits préférés par la sélection sexuelle parce que ces traits sont de bons marqueurs génétiques, sont ainsi favorisés lors du choix d’un partenaire. Ils possèdent un meilleur succès reproducteur que les autres mâles. De là que provient probablement l’expression «Faire le paon».

Est-ce qu’un phénomène semblable est présent chez les humains? Pour le savoir, j’ai interrogé un spécialiste des questions darwiniennes. Daniel Baril est journaliste, anthropologue de formation et conférencier à l’Université du troisième âge. Il est aussi auteur de La grande illusion; comment la sélection naturelle a créée l’idée de Dieu (Éditions MultiMondes). Il a accepté de répondre à mes questions.

Selon vous, y-a-t-il un lien avec la mode (robes courtes et décolletés) et la sélection naturelle chez les humains?

Oui et non. Chez les oiseaux, le plumage coloré, le chant élaboré et la parade nuptiale des mâles servent à attirer les femelles qui choisiront les plus performants d’entre eux. Ces habiletés sont à la fois des marqueurs de bonne génétique et d’accès à de bonnes ressources alimentaires. Chez les humains, si les robes courtes et les décolletés des femmes attirent les mâles, ces atours ne sont évidemment en aucun cas le reflet d’une bonne ou d’une mauvaise génétique. Ils sont toutefois des accessoires faisant partie de la séduction, consciente ou non, et constituent donc, aux yeux des hommes, des signes d’une certaine disponibilité.

La question de fond, pour les évolutionnistes, est donc de savoir pourquoi, chez les humains, ce type de séduction est principalement le lot des femmes. Contrairement aux autres primates où l’ovulation – donc la période de fertilité – est accompagnée de signes perceptibles par le mâle, comme la coloration de la vulve qui déclenche les comportements de reproduction du mâle, l’évolution est dite « cachée » chez la femme, c’est-à-dire sans signes apparents. Mises à part les phéromones sexuelles qui ne sont qu’à l’état de vestiges chez les humains, la femelle de l’espèce humaine envoie plutôt des signaux culturels montrant sa disponibilité sexuelle. Plusieurs recherches ont en effet montré que, à leur insu, les femmes célibataires sont plus portées à se maquiller et à porter des vêtements plus sexy lors de l’ovulation. Dans d’autres cultures, elles se feront ravissantes par un simple regard, un sourire, une voix plus chantonnante ou une mèche de cheveux qui dépasse du voile.

En mode de séduction

Les comportements de séduction varient énormément selon les cultures, la morale et les valeurs personnelles. Une femme qui ovule ne va pas automatiquement se mettre en mode de séduction comme le paon mâle face à une femelle lors de la saison de reproduction. Tout est une question de contexte. Pour sa part, l’homme est toujours en période reproductive et n’a donc pas besoin de lancer ce type de signal à la femme. Il se mettra plutôt en valeur par des signes faisant état de son statut social et de ses biens.

Est-ce que le phénomène est aussi présent chez les primates? Chez d’autres animaux?

À ma connaissance aucune autre espèce animale n’utilise d’artifices culturels pour charmer l’autre sexe et se rendre plus séduisant. La femelle macaque partage toutefois une particularité avec sa cousine humaine : elle aussi a une ovulation cachée due à la position de sa vulve. Lors de l’ovulation, c’est son visage qui se teinte de rouge. Pour le mâle, c’est le signe que cette femelle est disponible pour un accouplement et ce visage est sans doute très « érotique » à ses yeux. Pas besoin de se maquiller; la nature s’en charge!

Pouvez-vous élaborer sur le lien avec le maquillage?

Le maquillage tel qu’il existe dans notre société consiste pour l’essentiel à augmenter le contraste des yeux par du mascara ou fard à paupières et la bouche par du rouge à lèvres. On sait, par des tests psychométriques effectués en laboratoire, que l’augmentation de ces contrastes fait paraître le visage plus féminin comme le montrent les reproductions suivantes.

figuresmaquillageRobescourtes
Credit Photo: Richard Russell, A Sex Difference in facial Contrast and its Exaggeration by Cosmetics, Perception, 2009, 38 (8), 1211-1219.

Une femme qui se maquille ainsi apparaît plus sexy parce que plus féminine. Cela a été vérifié dans diverses cultures. Du rouge sur les joues fera par ailleurs paraître la personne en bonne santé et sans doute plus jeune, donc fertile. Nos critères d’esthétisme ne sont donc pas arbitraires.

Il existe par ailleurs un cas intéressant d’une certaine inversion des rôles. Chez les Wodaabés, une tribu du peuple peul du Niger, les hommes se maquillent lors d’un rituel annuel et les femmes, célibataires pour la plupart, choisissent celui qui présente le masque de beauté le plus élaboré et les dents les plus blanches. Il s’en suit des relations qui pourront durer une nuit ou une vie. Mais dans ce cas, le maquillage des hommes illustre surtout leur créativité et leur habileté, un critère de sélection de la part des femmes. Les dents blanches sont quant à elles un signe de bonne santé et de bonne génétique.

Mais chez l’espèce humaine, les comportements sexuels sont dissociés des comportements de reproduction…

Oui, mais ces derniers demeurent, bien entendu, liés aux comportements sexuels. Ce qui veut dire que nous utilisons la sexualité indépendamment de sa fonction de reproduction mais que les déclencheurs comportementaux liés à cette fonction demeurent toujours actifs. C’est aussi le cas des singes bonobos qui utilisent la sexualité en dehors des périodes de reproduction pour apaiser des conflits ou, de la part des femelles, pour s’assurer la protection du mâle dominant et bénéficier de ses ressources.

Si à l’origine, les comportements de séduction, l’orgasme et ce que l’on appelle l’amour ont été retenus par la sélection naturelle et la sélection sexuelle pour les fins de la reproduction, rien ne nous empêche de recourir à ces habiletés ou de vivre ces sentiments en dehors du contexte de reproduction. Nos mains sont le résultat d’une adaptation à la vie arboricole, mais nous nous en servons pour fabriquer des outils ou jouer de la flûte. L’appétit est une sensation liée au besoin de nous nourrir, mais rien ne nous empêche de manger sans appétit uniquement pour le plaisir que cela procure.

Au-delà des cas anecdotiques, il est toujours plus agréable de se sentir attrayant que moche et une femme peut vouloir séduire pour avoir de la compagnie même après sa période de reproduction. Cela vaut autant pour les hommes!

Pour se procurer l’essai de Daniel Baril, cliquez sur le lien: La grande illusion; comment la sélection naturelle a créée l’idée de Dieu (MultiMondes).

Bon, maintenant, passons aux choses sérieuses. Il me faut montrer quelques photos de moi en robe courte pour relever le défi lancé par le blogueur. Voilà donc!

 

Précisons que ce n’est pas vraiment une robe (je vous l’ai dit, je n’ai pas de robe courte). Il s’agit en fait d’un paréo. Je le porte par-dessus mon maillot de bain lors de mes voyages dans le sud. Pratique pour aller chercher les rafraichissements et les collations au snack-bar, à proximité de la piscine ou de la plage. En vacances, j’imagine que ce type de vêtement associé à un joli sac peut aussi être porté en guise de robe… Si vous réussissez à cacher le soutien-gorge!

Crédit Photo: Annie Gaudreau – 3C Style

Merci à Daniel Baril pour sa précieuse collaboration. Merci à vous de me lire et je vous souhaite une agréable journée. Soyez forte, soyez stylée!

Si vous avez aimé ce billet, vous pourriez également apprécier ces textes: Les vêtements vintage sont-ils la nouvelle tendance chic? Even frogs love to mix and match.

 

 

32 Comments

  1. So interesting article from many aspects! I would add that short dress is a symbol of women’s revolution during 20th century and their fights to live their life as they want; to choose freely their mate, their work, even their clothes! Before some decades it was an act of revolution to wear a mini skirt! Don’t you think? Have a beautiful day … ❤❤❤!!!

    Liked by 1 person

  2. Waow quel article ! Super complet en tout cas 😀

    J’ai toujours entendu que les femmes au moment de l’ovulation portait également la couleur rouge plus fréquement (sans avoir la source sous la main).

    Tu porte une jolie robe rouge en tout cas ;-), peut-être étais tu proche de ce jour de ton cycle 😀 ?

    Bisous,
    Carolina

    Liked by 1 person

    1. Intéressant comme théorie. Je vais faire quelques recherches. Dans mon cas, pas de lien avec l’ovulation. C’était la seule robe courte que j’avais! Merci de me lire Carolina!

      Like

    2. Tu avais raison Carolina. Voici deux études qui parlent des effets de l’ovulation.
      1. Röder, S., Brewer, G., & Fink, B., 2009, “Menstrual cycle shifts in women’s self-perception and motivation: A daily report method”, Personality and Individual
      Differences, 47, 616–619.
      2. KRISTINA M. DURANTE, VLADAS GRISKEVICIUS, SARAH E. HILL, CARIN PERILLOUX, NORMAN P. LI, 2011 ,“Ovulation, Female Competition, and Product Choice: Hormonal Influences on Consumer Behavior”, JOURNAL OF CONSUMER RESEARCH, 37 (6), 921-935.

      Like

  3. Not a fan of short skirts except for very young women. (Beach coverups are another matter entirely.) Last month I saw a group of women, aged 50 or so, drinking and dancing and singing loudly to each other in a hotel lobby bar. Their dresses barely covered their derrieres. They were trying too hard (maybe to look younger?), I thought. It was their business, of course, but other people in the place noticed and didn’t seem impressed.

    My impression is that the most fashionable women adopt a general look when they are still relatively young and stick to it. Yes, they adopt new styles as time goes by, but they are always recognizable as themselves. There is much to be said for understanding who you are.

    Liked by 1 person

  4. As a man and a scientist (I work as a chemist but am a biologist by training) I found the science in this really interesting and confirms a lot of my observations from people-watching.
    I’m not going to dwell on the pictures for fear of seeming creepy, but for what it is worth – wow!

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: